The Lost Movie Theater

Crustacés et coquillages (2005), Olivier Ducastel et Jacques Martineau

Crustacés et coquillages réalisé par Ducastel et Martineau

Sous le soleil de la Côte d’Aazur, Ducastel et Martineau nous embarque dans un vertige familial où les désirs et la méprise sont au cœur d’un questionnement plus profond sur la liberté de la pratique sexuelle. Un brin fantasque, Crustacés et coquillages (leur 4ème long-métrage) nous propose un spectacle drôle et plein d’audace, fait d’un défoulement léger.

Le film s’ouvre en chantant. Valeria Bruni-Tedeschi interprète une chanson qui donnera le ton pour le reste du film. Il fait beau et chaud, la mer n’est pas loin, tout a des airs de détente. C’est cette atmosphère estivale un peu moite et iodée qui ne nous quittera plus durant le visionnage. Le décor est planté et ouvre avec lui un vaudeville qui, sans jamais prendre les choses complètement à la légère, va nous parler de sexe et d’envie comme si on parlait soleil et sable fin. Ducastel et Martineau font même attention à ne jamais tomber dans la gratuité du propos et de la vulgarité.

Crustacés et coquillages se veut surtout comme un film où la liberté de ton est de mise. Pourtant, au milieu de ce joyeux bordel, c’est d’une utopie dont il est question. En bousculant les codes du vaudeville, les deux réalisateurs s’amusent à faire éclater les conventions, nous balançant des surprises et des révélations à la figure. Comme l’évoque si bien le personnage campé par Gilbert Melki, tout n’a pas besoin d’être enfermé dans une boîte, bien rangé et en ordre. C’est justement cette idée de bordel qui parfume le film. Tout est un peu brouillon, sans ordre particulier. Un peu à l’image des chorégraphies qui ne font que représenter l’état mental de cette petite famille. Ils sont certes maladroits entre eux et un brin excentriques mais dégagent une bonne humeur constante. Ce sentiment vient se renforcer à travers la mise en scène et les jeux de lumière qui donnent au film cet aspect si particulier, frais et pop.

De cette humeur très gai se dégage tout de même une certaine gravité, le film ne cache jamais ses hésitations et ses interrogations. Rien n’est jamais facile dans la vie et c’est plutôt le ton que l’écriture emprunte qui donne au film ce côté si réaliste et à la fois un peu arrangé. Même lorsque l’on s’éloigne de la comédie ou de la légèreté ambiante, il y a une certaine limpidité dans les séquences agitées et tristes. Crustacés et coquillages est un film résolument idéaliste et résistant à toute morosité.

 

Nos réseaux, vos réseaux:
0

Vous aimerez aussi

About The Author

Leave A Response