13 Reasons Why, série télévisée produite par Netflix, se penche sur le deuil adolescent et le découragement dans l’ère post-facebook à travers l’histoire d’Hannah Baker, une jeune fille qui se suicide – laissant derrière elle 13 cassettes audio qui donnent les raisons de son acte.

A première vue, 13 Reasons Why a tout de la série formatée pour adoslescents, avec un schéma narratif classique et des personnages guindés, voir stéréotypés. Mais à la fin de sa saison (13 épisodes au total), toutes ces appréhensions se sont évanouies au point que l’on se sent totalement investi dans l’histoire et ses personnages. Le show de Brian Yorkey évolue en qualité au fil des épisodes et aussi lourd qu’il soit, son sujet commence réellement à faire briller l’ensemble quand il aborde des thèmes encore plus forts. Ce n’est d’ailleurs pas d’emblée que l’on comprend que la série va nous amener  sur des chemins aussi intenses et noirs. Le visionnage n’en devient que plus difficile pour son spectacteur. Mais c’est comme cela que la série prouve son audace et sa maturité, chose rare dans le genre.

On peut aussi parler du casting remarquable, en tête Kate Walsh qui amène beaucoup de subtilités dans son jeu de mère en deuil. Mais à la fin de la saison, on retient surtout que l’ensemble des personnages a été fouillé; Tony, Alex, Justin, Jessica – nous les ressentons tous comme des personnages profonds, compliqués, avec des arcs bien établis.

La série se penche sur de multiples sujets et amène bien des idées sur l’amour naissant, la cruauté au lycée, la dépression, la culpabilité, le suicide, le trauma et les violences sexuelles. Tous ces éléments sont réunis pour nous dépeindre l’histoire d’un amour manqué et d’une vie perdue. Sous la fascinante narration se cache un message fort sur une question d’actualité. Nous avons tous un rôle à jouer dans le bien être des autres et n’importe quoi peut tout affecter. Le season final clôt l’ensemble d’une manière parfaite et l’on en vient même à se demander si une saison 2 ne serait pas de trop.